LA MAMAN ET LA PUTAIN >> Du 16 au 19 février

Un film de Jean Eustache
Avec Bernadette Lafont, Jean-Pierre Léaud, Francoise Lebrun...
France, 1973, 3h35
Grand Prix spécial du Jury - Cannes 1973



Trois Parisiens d'une vingtaine d'années, vivent un ménage à trois peu conventionnel : Alexandre est un dandy narcissique pauvre et oisif, qui consacre son temps au bavardage, avec ses amis, ses connaissances, ses maîtresses et ses ex-maîtresses. Il vit avec Marie, une “vieille de 30 ans”. En passant devant les Deux Magots, il croise le regard d’une jeune femme esseulée qui le fixe. Elle s’appelle Veronika, elle est infirmière.

En 1972, cette oeuvre clef liquide les idéaux révolutionnaires nés de mai 68, en même temps qu’il ferme symboliquement la parenthèse de la Nouvelle vague. On n’a tout bonnement jamais aussi bien parlé d’amour, de sentiments, que dans ce film qui renvoie chacun a sa propre expérience. Atypique, intense, lumineux.

Ce film était programmé en hommage à Bernadette Lafont, qui devait faire un passage à la Halle aux Grains - Scène Nationale mardi 14 février à 20h30 pour le spectacle "Les Trous d'air". C’est finalement Irène Jacob qui donnera la réplique à François Ripoche à sa place. > En savoir +

 


A propos du scénario par Les Cahiers du Cinéma
Lire l'analyse du Ciné-club de Caen
Lire la critique de la Lanterna Magica



Le monologue final dit par Françoise Lebrun a fait son chemin hors du champs cinématographique par la grâce de sa mise en musique par le groupe de rock Diabologum en 1996 (album : #3, Lithium). Ecouter le morceau
Ce morceau a été interprété en live par Diabologum lors des Rockomotives de Vendôme en 2011, avec apparition surprise sur scène de l'actrice Françoise Lebrun (à 5'40) : voir l'extrait du live



jeu. 16 fév. > 20 h
sam. 18 fév. > 16 h
dim. 19 fév. > 20 h
lun. 20 fév. > 18 h
au cinéma Les Lobis