TAHRIR, PLACE DE LA LIBERATION >> Du 26 au 30 avril 2012

Un film de Stefano Savona
France, Italie, 2011, 1h31, vostf



Le Caire, février 2011. Elsayed, Noha, Ahmed sont de jeunes Egyptiens et ils sont en train de faire la révolution. Ils occupent la Place jour et nuit, ils parlent, crient, chantent avec d'autres milliers d’Egyptiens tout ce qu'ils n'ont pu dire à haute voix jusque-là. Les répressions sanguinaires du régime attisent la révolte ; à Tahrir on résiste, on apprend à discuter et à lancer des pierres, à inventer des slogans et à soigner les blessés, à défier l'armée et à préserver le territoire conquis : un espace de liberté où l'on s'enivre de mots. Tahrir est un film écrit par les visages, les mains, les voix de ceux qui ont vécu ces journées sur la Place. C'est une chronique au jour le jour de la révolution, aux côtés de ses protagonistes.

.
Rencontre avec Stefano Savona, réalisateur, jeudi 26 avril à 20h30.

Stefano Savonna est né à Palerme en 1969. Il a étudié l’archéologie et l’anthropologie à Rome. En 1995, il se lance comme photographe free-lance. Depuis 1999, il se consacre à la réalisation et la production de documentaires : Plomb durci, Carnets d’un combattant kurde, etc. Son précédent, Pallazzo delle Aquile, a reçu le Grand Prix du Cinéma du Réel en 2011..

 


"Egypte année 0 ou l’instant décisif d’une nation en révolte. « Le peuple veut la chute du régime » entend-on de manière liminaire comme une ritournelle entêtante de ce documentaire sensoriel à la forme brute et directe. (...)  Souvenons-nous de ce plan général de la place cairote filmé du sommet d’une tour et diffusé en direct et en boucle sur les télés du monde entier. Le cinéaste nous fait descendre de notre piédestal de spectateur lointain duquel est né ce pur fantasme démocratique de la reprise en main d’un pays par son peuple, pour nous mener à l’appréhension même des visages de ce nouveau «corps » politique en gestation. Une fois pris au cœur de cette agora historique Stefano Savona cherche à capter les croyances et les doutes du moment, à faire entendre ce désir et cette foi naissant à chaque coin de lèvres entrouvertes d’une délivrance prochaine ? Les réponses appartiennent au futur. Ici, la vérité se trouve dans cette expérience de cinéma, dans cette présence in situ, dans l’idée que le cinéma et l’Histoire peuvent accrocher leur destin à un même train et que de leur croisement peut naître une série d’interrogations à la fois politiques et cinématographiques. (...) "
Jean-Baptiste Germain, cinéaste, texte de soutien pour l'ACID (lire le texte dans son intégralité)

 


Lire l'article de L'Humanité
Lire l'article de Critikat.com
Télécharger la revue de presse



jeudi 26 avril à 18 h et 20 h 30
samedi 28 avril à 16 h
dimanche 29 avril à 21 h
lundi 30 avril à 18 h et 21 h
au cinéma Les Lobis