L'ETE DE GIACOMO >> Du 20 au 24 septembre 2012

...

Un film d’Alessandro Comodin
Avec Giacomo Zulian, Stefania Comodin, Barbara Colombo...
Italie, France, Belgique, 2011, 1h18, vostf
Grand Prix au Festival de Belfort - Léopard d’or à Locarno




C'est l'été dans la campagne du nord de l'Italie. Giacomo, un adolescent sourd, part au fleuve avec Stefania, sa meilleure amie. En s'éloignant des sentiers battus, ils se perdent et arrivent dans un endroit paradisiaque où ils se retrouvent seuls et libres. Ils ont 16 et 18 ans, leurs sens s'éveillent.

Rencontre avec Jérôme Momcilovic, critique et enseignant en cinéma, lundi 14 septembre à 20h30. Jérôme Momcilovic était venu présenter L’Homme léopard de Jacques Tourneur au Lobis en 2011. Il anime en septembre un atelier sur le thème des comédies américaines à la maison d’arrêt de Blois. Il a eut l’occasion d’interviewer le réalisateur de L’Eté de Giacomo.

 


(Cliquez en bas à droite de l'image pour voir la vidéo en plein écran)



« C’est trois fois rien, un teen-movie irradié par le soleil, drôle et attendri, qui rejoue l’éternel franchissement de l’enfance et bouscule avec joie les lignes du documentaire et de la fiction ; un petit air populaire et nostalgique mais d’où survient pourtant une forme inconnue de sublime. En choisissant comme personnage un garçon privé de l’un des cinq sens, le cinéaste démultiplie la découverte des sens à laquelle l’adolescence est toute entière dédiée. » Les Inrockuptibles

« L’ombre solaire de Pasolini plane sur ce documentaire d’une radieuse sensualité, premier long métrage d’un cinéaste de 30 ans attaché à saisir les élans du jeune couple et leurs chamailleries de chatons, le battement incessant de la vie, la grâce de la jeunesse et celle du réel que seuls savent capter les meilleurs documentaristes. La liberté avec laquelle il épouse les mouvements de la nature et ceux de Giacomo — sur un manège ou tenant Stefania dans ses bras lors d’un bal — fait la valeur de ce documentaire(...). Alessandro Comodin filme comme on aime, avec un engagement qui tient de l’engouement et avec une fougue communicative. Remarqué dans plusieurs festivals, son film est une ode à la beauté du monde dont on sort ébloui, le regard épanoui et le cœur en liesse. » Télérama

 


Voir la revue de presse Allociné
Lire le texte de soutien Acid
Voir le site du distributeur (télécharger le dossier de presse)



jeu. 20 sept. > 18 h et 20 h 30
sam. 22 sept. > 16 h
dim. 23 sept. > 21 h
lun. 24 sept. > 18 h et 20 h 30*
au cinéma Les Lobis