A l'affiche en octobre 2014



Melaza


Un film de Carlos Lechuga

Avec Yuliet Cruz, Armando Miguel Gómez...
Cuba, France, Panama, 2012, 1h20, vostf


Monica et Aldo vivent à Melaza, un village cubain, où ils mènent une vie des plus modestes. Tous les matins, ils empruntent, main dans la main, la rue principale du village pour se rendre à leur travail : Monica est gardienne de l’usine désaffectée de rhum et Aldo est instituteur. Le soir venu, ils louent leur maison à Marquez, un mari infidèle et partent en promenade sur le Malecón. Mais la Police découvre la manoeuvre et leur inflige une amende qui met en péril la survie de la famille…


«Melaza», la mélasse, le mot a deux étymologies. De la grecque (melas = noir), le film tient certainement par la charge sombre sur un pays englué dans une bureaucratie absurde, affamé par un blocus qui ne l’est pas moins. De son origine latine (de «miel»), il tire certainement la douceur sensuelle de ses images, la poésie apaisée de son propos. C’est à cette dualité politique/amoureuse, aux cadres composés comme par un peintre, à sa manière d’aimer ces personnages  que tiennent le charme et l’originalité  de ce premier film d’un auteur dont il faudra retenir le nom, Carlos Lechuga.


Séances : jeu. 16 octobre à 18h et 20h30, sam. 18 octobre à 16h, dim. 19 octobre à 21h, lun. 20 octobre à 18h et 21h, ven. 24 octobre à 18h au cinéma Les Lobis.


Voir la bande annonce >>
Téléchargements >>
Lire la revue de presse Allociné >>



...

.....

...

........

...


......

Les Bruits de Recife


Un film de Kleber Mendonça Filho

Avec Irandhir Santos, Gustavo Jahn, Maeve Jinkings...
Brésil, 2012, 2h11, vostf


La vie dans un quartier de classe moyenne de la zone sud de Recife est perturbée par l’arrivée d’une société de sécurité privée. La présence de ces hommes est source de tranquillité pour certains et de tension pour d’autres, dans une communauté qui semble avoir beaucoup à craindre. Une chronique brésilienne, une réflexion sur l’histoire, la violence et le bruit.


« Une chronique brésilienne, une réflexion sur l’histoire, la violence et le bruit. (...) Ce qui intéresse le cinéaste est de porter son pitch de feuilleton TV bien au-delà d’une radiographie sociologique de la classe moyenne brésilienne. La vie ordinaire de ses personnages est soutenue par un véritable désir de cinéma qui n’a nulle vue naturaliste. Il réclame au contraire les largeurs du Scope, l’exploration de ses puissances sonores et les emprunts au cinéma de genre pour sonder le trouble et ramener le malaise à la surface immaculée des résidences modernes. » Critikat.com


Séances : jeu. 23 octobre à 18h et 20h30, sam. 25 octobre à 16h, dim. 26 octobre à 21h, lun. 27 octobre à 18h et 21h, ven. 31 octobre à 18h.


Plus d'infos sur le site du distributeur >>
Lire l'intégralité de l'article de Critikat >>
Voir la bande annonce >>
Lire la revue de presse Allociné >>