A l'affiche en janvier et février 2016

...... Les Innocents
Un film de Jack Clayton
Avec Deborah Kerr, Michael Redgrave, Meg Jenkins...
Royaume-Uni, 1961, 1h39, vostf
Adapté du "Tour d’écrou", une nouvelle de Henry James, en collaboration avec Truman Capote

A la fin du XIXe siècle, miss Giddens, une jeune institutrice, est chargée d'éduquer Flora et Miles, deux enfants, dans un vieux manoir. Elle découvre bientôt que ces derniers sont tourmentés par les fantômes de deux personnes décédées quelque temps auparavant...

Séances : jeudi 31 décembre à 18h et 20h30, samedi 2 janvier à 16h, dimanche 3 janvier à 21h, lundi 4 janvier à 18h et 21h, vendredi 8 janvier à 18h au cinéma Les Lobis.

Voir les "5 raisons de revoir "Les Innocents" par Arte >>
Voir la galerie photo (magnifique !) >>

Voir la bande annonce >>
Lire l'analyse de Dvdclassik >>

.

.




À peine j’ouvre les yeux
Un film de Leyla Bouzid
Avec Baya Medhaffar, Ghalia Benali
Tunisie, 2016, 1h42, vostf

Tunis, été 2010, quelques mois avant la Révolution, Farah 18 ans passe son bac et sa famille l’imagine déjà médecin… mais elle ne voit pas les choses de la même manière.
Elle chante au sein d’un groupe de rock engagé. Elle vibre, s’enivre, découvre l’amour et sa ville de nuit contre la volonté d’Hayet, sa mère, qui connaît la Tunisie et ses interdits.
Un hymne à la liberté de la jeunesse tunisienne !

Séances : jeudi 7 janvier à 18h et 20h30, samedi 9 janvier à 16h, dimanche 10 janvier à 21h, lundi 11 janvier à 18h et 21h, vendredi 15 janvier à 18h.


Voir la bande annonce >>
Voir le site du distributeur (téléchargement) >>
Ecouter un extrait de la bande originale >>

.

.



Semaine du cinéma hispanique
Du 11 au 19 janvier au cinéma Les Lobis
Cette 7e édition de la  semaine de cinéma hispanique, concoctée en étroite concertation avec des professeurs d’espagnol des collèges et lycées pour plusieurs séances scolaires, offre un regard sur l’actualité des productions espagnole et latino-américaine. La jeunesse est au centre de plusieurs des films présentés, dans ses aspirations à la liberté et au bonheur, mais aussi le poids des dictatures, dans leur permanence (Cuba) comme dans leur mémoire (Chili, Espagne). C’est d’ailleurs celle du franquisme  en lien avec les Rendez-vous de l’histoire, qu’un café historique permettra d’approfondir.

Téléchargez le programme >>

.

.



Sidewalk stories
Un film de Charles Lane
Avec Charles Lane, Tom Alpern, Nicole Alysia...
États-Unis, 1989, vostf
Séance dimanche 17 janvier à 15h à la Maison de Bégon, proposée par Ciné'fil et la Maison de Bégon

Vous avez la nostalgie du Kid de  Charlie Chaplin ? Allez voir Sidewalk Stories, réalisé dans les années 1980 par Charles Lane et tourné dans le New York  des sans-abris!
Un jeune artiste  « de trottoir » tente au gré des squats et des asiles de nuit de gagner sa vie en croquant des passants. Un soir, il assiste au meurtre d’un homme dont il recueille la fillette. Il l'adopte et se débrouille tant bien que mal pour la nourrir, la vêtir et la loger. C'est alors qu'il fait connaissance d'une riche jeune femme qui, prise d'affection pour ce couple cocasse, va les inviter dans son luxueux appartement new-yorkais...

Ce film muet en noir et blanc réinvente le burlesque, fondé sur les gestes et les signes. La musique somptueuse, qui mêle tango, bossa nova et jazz, traduit et accompagne les émotions des personnages, et semble être cette voix qui manque aux sans-abris. La preuve que par-delà la diversité des langues et des cultures, le cinéma muet est un langage universel merveilleux, capable de tisser un lien entre tous les publics, pour contribuer au vivre ensemble !

Tarif adulte : 3€, tarif 12-17 ans : 2€

Voir la bande annonce >>
Lire l'analyse de DVDclassik >>

.

.



Une jeunesse allemande
Un film de Jean-Gabriel Périot
France, 2015, 1h33, vostf

Jean-Gabriel Périot choisit de retracer le parcours de la fameuse Fraction armée rouge, dite « bande à Baader »  qui ébranla la société ouest-allemande dans les années 1970 : les Andreas Baader, Ulrike Meinhoff, Gudrun Enslinn ou Horst Mahler. Combinant reportages télévisés, films militants et extraits d’œuvres cinématographiques, il organise le récit de la dérive glaçante d’une jeunesse rebelle, de la contestation verbale à l’acte terroriste, à laquelle répondit une surenchère sécuritaire de l’État, incarné par le chancelier d’alors, Helmut Schmidt. Cette plongée magistrale dans les « années de plomb » allemandes n’est pas sans provoquer d’étranges résonances avec notre noir présent.

Jean-Gabriel Périot est un cinéaste dont le travail est d’observer et de mettre en perspective les images pour  leur donner du sens. Cet historien des images s’est fait connaître par des courts métrages extrêmement percutants fondés sur un montage rythmé de manifestations de la violence au sein des sociétés : violence de la guerre comme l’épuration (Eût-elle été criminelle) ou Hiroshima  (200 000 fantômes), violence du racisme et du combat des Noirs (The Devil) ou des luttes sociales (Les Barbares, L’Art délicat de la matraque).

Séances : jeudi 21 janvier à 18h et 20h30, samedi 23 janvier à 16h, dimanche 24 janvier à 21h, lundi 25 janvier à 18h et 21h, vendredi 29 janvier à 18h.

Lire la fiche Acid (revue de presse, téléchargement, etc.) >>
Voir le site officiel de Jean-Gabriel Périot >>
Voir le site du distributeur >>

.

.





Devdas
Un film de Sanjay Leela Bhansali
Avec Shah Rukh Khan, Aishwarya Ra...
Inde, 2002, 3h, vostf
Séance unique vendredi 29 janvier à 20h, entrecoupée d’un entracte avec buffet, au cinéma Les Lobis. Ce film est proposé dans le cadre du BOLLYWOOD WEEK-END organisé par par la Halle aux Grains - Scène Nationale.

Devdas, le fils d'un riche propriétaire, et Paro, la fille d'un modeste voisin, s'aiment passionnément. Malheureusement, le père de Devdas n'accepte pas l'entrée de Parvati dans sa famille en raison des différences de classe sociale.
Paro va alors épouser contre son gré un propriétaire plus âgé qu'elle, et Devdas, parti à Calcutta, sombre dans l'alcoolisme...

« On ne peut pas parler de DEVDAS sans applaudir des deux mains aux scènes de danse. Toutes sont de pures merveilles, bénéficiant d'une musique d'inspiration classique. Avec tout cela, comment ne pas être sous le choc en sortant du cinéma ? » Fantastikindia
« On ne peut que se laisser séduire par cette impressionnante et dépaysante fresque musicale. Un vrai feu d'artifice. » Mcinema.com
« DEVDAS ramène à un certain plaisir du cinéma, primitif mais rare : se laisser envahir par des émotions basiques. Il est donc recommandé de se laisser aller à applaudir lors des numéros musicaux et de ne pas cacher son mouchoir à la fin de la séance. » Novaplanet.com
« DEVDAS figure le meilleur des antidépresseurs. Non sentimentaux s'abstenir. » Première

Tarifs : Plein tarif 8€ / Adhérent Ciné’fil, et abonnés HAG 6,20€ / Etudiant, lycéen 5,20€ (chèques CLARC acceptés)

Voir la bande annonce >>
Tout savoir sur le week-end Bollywood week-end de la HaG! >>

.

.




Masaan
Un film de Neeraj Ghaywan
Avec Richa Chadda, Vicky Kaushal, Sanjay Mishra...
Inde, France, 2014, 1h43, vostf
Prix spécial du jury - Un certain regard - Festival de Cannes
Ce film est proposé dans le cadre de INDI’ARTS, proposé par la Halle aux Grains - Scène Nationale.

Bénarès, la cité sainte au bord du Gange, punit cruellement ceux qui jouent avec les traditions morales. Deepak, un jeune homme issu des quartiers pauvres, tombe éperdument amoureux d'une jeune fille qui n’est pas de la même caste que lui. Devi, une étudiante à la dérive, vit torturée par un sentiment de culpabilité suite à la disparition de son premier amant. Pathak, père de Devi, victime de la corruption policière, perd son sens moral pour de l’argent, et Jhonta, un jeune garçon, cherche une famille. Des personnages en quête d'un avenir meilleur, écartelés entre le tourbillon de la modernité et la fidélité aux traditions, dont les parcours vont bientôt se croiser...

« Impossible de résister aux mélodies de Bruno Coulais, aux couleurs flamboyantes d'Ayinash Arun Dhaware, aux visages beaux et (au fond) point trop désespérés des protagonistes, aux flux éternels de cette rivière déjà peints par Renoir fils. » Positif

Séances : jeudi 28 janvier à 18h, samedi 30 janvier à 16h, dimanche 31 janvier à 21h, lundi 1er février à 18h et 21h, et vendredi 5 février à 18h.

Voir la bande annonce >>
Lire la fiche Allociné >>

.

.




Le Dernier Continent
Un film de Vincent Lapize
France, 2015, 1h17
Rencontre avec Vincent Lapize, réalisateur, jeudi 4 février à 20h30, en partenariat avec l'association Galeano

Formidable immersion de deux ans dans le quotidien d'une utopie concrète et d'une résistance acharnée celle de la ZAD de Notre Dame des Landes, qui s'oppose  depuis plusieurs années au projet d'un deuxième aéroport nantais en passe de détruire un millier d'hectares de terres agricoles et un biotope exceptionnel.

"En immersion mais pas embedded, encore moins militant. L’argumentaire théorique de l’opposition au projet d’aéroport n’est pas son sujet. Le Dernier Continent s’intéresse avant tout aux acteurs de la lutte. Un peu à la manière de Christian Rouaud, dans Tous au Larzac, mais sur le vif, sans le recul du temps. Le Dernier Continent s’attache ainsi aux modalités d’existence de ce combat. Où l’on voit que l’échange doit être permanent, pour la prise de décisions en commun, toujours âpre quand les idéaux sont forts. Mais aussi pour évaluer ce que l’on est en train de faire. Car les zadistes font beaucoup : ils cultivent, élaborent, fabriquent, ne cessent de travailler. La ZAD ressemble à un grand chantier aléatoire et inventif, hors système avec une visée d’autonomie, où des utopies se projettent dans des constructions. Chaque zadiste s’y sent utile, inscrit dans une chaîne nécessaire d’activité. Le Dernier Continent montre le rêve d’une vie autre, avec toutes ses incertitudes, prendre corps. Et c’est passionnant." Politis

Séances : jeudi 4 février à 18h et 20h30*, samedi 6 février à 16h, dimanche 7 février à 21h, lundi 8 février à 18h et 21h, vendredi 12 février à 18h au cinéma Les Lobis.

Voir le site officiel >>

.

.




La Chambre interdite
Un film de Guy Maddin et d’Evan Johnson
Avec Mathieu Amalric, Maria de Medeiros, Udo Kier, Amira Casar, Jean-François Stévenin, Géraldine Chaplin, Jacques Nolot, Adèle Haenel, Charlotte Rampling, Ariane Labed...
Canada, 2015, 1h59, vostf

Dans le sous-marin SS Plunger, l’oxygène se fait rare. Le compte à rebours vers une mort certaine est enclenché. L’équipage cherche en vain le capitaine, le seul capable de les sauver. Soudain, de manière improbable, un bûcheron perdu arrive parmi eux et leur raconte comment il a échappé à un redoutable clan d’hommes des cavernes. Sa bien-aimée à été enlevée par ces hommes féroces, et il est prêt à tout pour la sortir de là.
Embarquez dans le SS Plunger et faites le tour du monde des paysages oniriques, dans un tourbillon d’aventures peuplées de femmes fatales, de fous à lier et d’amoureux transis.

"Attachez vos ceintures, le voyage va commencer.  Embarquez dans les histoires imaginées par Hitchcock, Lubitsch, Murnau, Ozu ou autres magiciens du cinéma et laissez-vous posséder par l’esprit des films disparus comme l’ont fait Mathieu Amalric, Maria de Medeiros, Charlotte Rampling et tous les autres grands acteurs qui ont accepté de faire partie de ce projet fou de Guy Maddin accompagné du légendaire poète John Ashberry. Car interpréter des personnages  comme la passion désir, le fugitif imprévisible, le professeur de bain ou la mère aveugle c’est devenir un réceptacle à fantômes du cinéma. Ils nous entraînent dans des paysages oniriques, dans un tourbillon d’aventures peuplées de femmes fatales, d’amoureux transis ou de fous à lier.
C’est un rêve frénétique de cinéma qui mêle des fragments de littérature ou de poésie qu’on lit parfois sur l’image comme autant de cartons de cinéma muet (c’est en dessinant des intertitres  qu’Hitchcok fit ses débuts au cinéma). Mais on plonge aussi dans un roman de gare ou une comédie musicale, dans des films cachés au fond de nos mémoires qui convoquent l’imaginaire de l’enfance magiquement retrouvée le temps d’un instant fugitif. On suit ainsi un avatar de David Crockett affrontant la neige et la tribu des loups rouges pour sauver sa bien-aimée, on s’échappe d’une grotte ou d’un sous-marin par la porte du rêve, du rêver vrai de Peter Ibbetson.
Rentrer dans la chambre interdite c’est vivre une expérience inouïe, c’est entrer dans la mémoire du cinéma et dans la chambre noire. Un grand film onirique, surréaliste, pictural, foisonnant, émouvant, tragique, drôle, épique, haletant, inquiétant, fascinant, poétique, primitif, sensuel, expérimental, rougeoyant, crépusculaire, somptueux, expressionniste, fulgurant, fantastique, féérique !" Agnès De Graaff

Séances : jeudi 11 février à 18h et 20h30, samedi 13 février à 16h, dimanche 14 février à 21h, lundi 15 février à 18h et 21h
vendredi 19 février à 18h au cinéma Les Lobis.

Voir le site officiel >>
Rencontre(s) avec Guy Maddin par le GNCR >>
Voir la bande annonce >>

.

.




Mémoires de jeunesse
Un film de James Kent
Avec Alicia Vikander, Kit Harington...
Royaume-Uni, 2014, 2h10, vostf

Printemps 1914. Jeune femme féministe à l’esprit frondeur, Vera Brittain est résolue à passer les examens d’admission à Oxford, malgré l’hostilité de ses parents particulièrement conservateurs. Décidée à devenir écrivain, elle est encouragée et soutenue par son frère et sa bande d’amis – et notamment par le brillant Roland Leighton dont elle s’éprend. Mais les rêves de Vera se brisent au moment où l’Angleterre entre en guerre et où tous les jeunes hommes s’engagent dans l’armée. Elle renonce alors à écrire pour devenir infirmière. Tandis que la jeune femme se rapproche de plus en plus du front, elle assiste avec désespoir à l’effondrement de son monde.

Séances : jeudi 18 février à 18h et 20h30, samedi 20 février à 16h, dimanche 21 février à 21h, lundi 22 février à 18h et 21h
vendredi 26 février à 18h au cinéma Les Lobis.

Voir la fiche distributeur (téléchargements) >>
Voir la bande annonce >>

.

.




The Look of Silence
Un film de Joshua Oppenheimer
Indonésie, 2014, 1h43, vostf
Discussion avec Danièle Brunier, coordinatrice Indonésie d'Amnesty International France, jeudi 25 février à 20h30 au cinéma Les Lobis.
Adi Rukun est ophtalmo itinérant. Au gré de ses visites, il enquête sur les circonstances de la mort de son frère aîné, accusé de « communisme » et assassiné pendant les grands massacres de 1965 et 1966 en Indonésie.
La caméra de Joshua Oppenheimer accompagne Adi dans sa confrontation avec les assassins. Patiemment, obstinément, malgré les menaces, ils s'emploient ensemble à vaincre le tabou du silence et de la peur.

Séances : jeudi 25 février à 18h et 20h30*, samedi 27 février à 16h, dimanche 28 février à 21h, lundi 29 février à 18h et 21h, vendredi 4 mars à 18h au cinéma Les Lobis.

.

.