SANS ADIEU >> Du 16 au 27 novembre


SANS ADIEU

de Christophe Agou

France, 2017, 1h39
Sélection Acid, Cannes 2017

 



Dans le Forez, Claudette, 75 ans, et ses voisins paysans comme elle, sentent bien que la société consumériste les ignore tout en grignotant ce qui leur reste de patrimoine et de savoir-faire. Mais tous ne sont pas du genre à se laisser faire. Une magnifique peinture d’une humanité debout..


Le mot de Ciné'fil

Le Forez au centre de la France fut cette terre idéalisée par Honoré d’Urfé, qui « en sa petitesse contient ce qu’il y a de plus rare au reste des Gaules ».
Le Forez c’est une campagne austère et belle, ces montagnes du soir où le grand photographe Christophe Agou mort prématurément en 2016 a passé son enfance et où il est retourné régulièrement se ressourcer en filmant pendant une quinzaine d’années de vieux agriculteurs dans leur quotidien. Avec une tendresse et une douceur vibrantes, sa caméra a accompagné ces vies minuscules comme le dirait Pierre Michon, filmant leur quotidien qui résiste vaille que vaille à la modernité et à ses effets pervers.
C’est Claudette, ses soixante-quinze ans ses beaux yeux bleus et sa rage de survivre, se battant contre les organisations agricoles qui veulent l’obliger à vendre ses terres à un voyou. C’est Jean Clément, si bouleversant dans son impuissance à lutter contre l’abattage de ses vaches, si digne dans sa douleur et qui tient serrée fort la main de sa femme pour ne pas faiblir quand on les emmène. Et le réalisateur nous convie avec pudeur et délicatesse à la toilette ou au repas de ces paysans beaux et nobles comme des peintures de Le Nain.  Il y a Mathilde avec son short et ses amants enfuis, Christiane qui ne comprend plus rien à cette société et aussi les vaches qu’on appelle les filles, les poules qu’on cherche en criant contre le chien Titi qu’on engueule comme un vieux mari.
Christophe Agou qui avait déjà publié un livre de photos sur ces paysans au beau visage d’humains nous offre un monde organique et vif comme les hivers, la beauté des brumes du Forez, des images nappées de brouillard, de neige et de vie mêlées accompagnées par la musique atmosphérique du leader des Tinderstiks. Le film mérite bien cette Mouette d’argent remise lors du festival international du film culte de Trouville.


En savoir plus

Lire « À propos de Sans Adieu, paroles de cinéastes, de spectateurs, de programmateur » par L'Acid >>
Lire « La fin de carrière truculente d'une fin de carrière paysanne » par Le Monde >>
Voir site officiel (bande annonce et téléchargement) >>


Séances
: jeu 16/11 à 20h30, ven 17/11 à 18h, sam 18/11 à 16h, dim 19/11 à 20h30, jeu 23/11 à 18h, lun 27/11 à 18h au cinéma Les Lobis.