A l'affiche

RARA >> CAP SUR LE MONDE >> Du 4 au 9 décembre


RARA

de Pepa San Martín


Avec Mariana Loyola, Agustina Muñoz...

Chili, Argentine, 2016, 1h28, vostf

Grand Prix du Jury, Berlin 2017

 

.Séance unique vendredi 8 décembre à 14h

au cinéma Les Lobis dans le cadre du festival Cap sur le Monde.

Séance présentée par Thierry Méranger,

rédacteur aux Cahiers du cinéma, enseignant en option « cinéma » à Dreux

et directeur artistique du festival Cap sur le Monde.

 



Depuis le divorce de leurs parents, Sara, 12 ans, et sa petite sœur Cata vivent avec leur mère et la compagne de celle-ci. Leur quotidien, fait de tendresse et de complicité, ressemble à celui d’autres familles. Lorsque leur père tente d’obtenir leur garde, l’équilibre de la famille semble mis à l’épreuve… 


Rara vu par Cinélatino.fr

Sara est une jeune adolescente qui vit avec sa une petite sœur, sa mère et la compagne de celle-ci. L’ambiance familiale est joyeuse et harmonieuse. Suite à une dispute pourtant sans importance, le père décide de récupérer la garde de ses filles, considérant que l’éducation que leur offre leur mère et la vie conjugale qu’elle mène leur sont nocives.
Ce film est inspiré du cas réel de Karen Atala, dont la bataille judiciaire qui a duré près de 10 ans a ouvert le débat public sur la question de l’homoparentalité. Pepa San Martín choisit pourtant ici de laisser totalement hors-champ le procès et prend le parti d’imaginer et retranscrire cet événement depuis le point de vue de Sara, personnage entre deux mondes, celui de l’enfance et celui des adultes. C’est à travers son regard que la réalisatrice interroge subtilement les non-dits tout comme les petits riens du quotidien. Ce film est en effet, avant tout, un très beau portrait d’adolescente.


En savoir plus

Voir la bande annonce sur Allociné >>
Lire l'article Allociné >>
Lire la revue de presse Allociné >>
Télécharger le dossier de presse >>

 

.Enseignants.

Disciplines : espagnol, cinéma.
N
iveau : troisième, seconde, première, terminale.
Notions, thèmes :
relations familiales, l'art de vivre ensemble, sentiment d'appartenance : singularités et solidarités.

Ressources pédagogiques :
Télécharger le dossier pédagogique >>
Pour organiser une séance : Aller à la rubrique
« Enseignants » >>
L'avis Cinélangues
:
À travers une mise en scène délicate et intelligente, Pepa San Martin, dont c’est le premier long métrage, aborde le problème de la différence et de la difficulté à vivre dans un schéma social hors norme. Le spectateur plonge, à travers le regard de la petite Sara, dans le quotidien d’une famille de deux femmes confrontées aux préjugés de la classe moyenne chilienne. Sara, qui vit dans l’harmonie joyeuse de cette famille particulière, écoute les conversations et tente de comprendre les conflits qui l’entourent. A l’orée de l’adolescence, elle aborde l’étape de tous les questionnements et commence à porter un nouveau regard sur ses parents et sa famille. Primé à Berlin et au Festival de San Sébastien, ce film courageux et fin inspiré par un cas judiciaire chilien, permettra de réfléchir en classe, à tous les niveaux, du Collège à la Terminale, sur le « Vivre ensemble », les préjugés sociaux et la nécessité d’apprendre la tolérance.





UNE FEMME FANTASTIQUE >> CAP SUR LE MONDE >> Du 4 au 9 décembre


UNE FEMME FANTASTIQUE

Un film de Sebastián Lelio

Avec Daniela Vega, Francisco Reyes...

Chili, Allemagne, Espagne, États-Unis, 2017, 1h44, vostf

Lion d’argent du meilleur scénario, Berlin 2017 et Grand Prix, Festival de Cabourg 2017

 

Séance unique samedi 9 décembre à 14h

au cinéma Les Lobis dans le cadre du festival Cap sur le Monde.

Séance présentée par Thierry Méranger,

rédacteur aux Cahiers du cinéma, enseignant en option « cinéma » à Dreux

et directeur artistique du festival Cap sur le Monde.

 



Marina et Orlando, de vingt ans son aîné, s'aiment loin des regards et se projettent vers l'avenir. Lorsqu'il meurt soudainement, Marina subit l’hostilité des proches d'Orlando (une "sainte famille" qui rejette tout ce qu'elle représente) et la suspicion de la police. Marina va se battre, avec la même énergie que celle dépensée depuis toujours pour devenir la femme qu'elle est : une femme forte, courageuse, digne... une femme fantastique !



Le mot de Ciné'fil

Une femme fantastique, tout le monde voudrait la connaître. Et pourtant…
Elle serait une femme qui danse, qui chante, qui aime passionnément au point que les plus belles chutes d’eau du monde seraient moins terrifiantes qu’une simple chute dans les escaliers. Marina est cette femme fantastique, jeune trentenaire, amoureuse d’Orlando, dont la fleur de l’âge se fane.
Ceci pourrait être un film policier. Il y a d’ailleurs une inspectrice qui enquête sur ce décès. Car, en plus des marques suspectes sur le cadavre, Mariana est transsexuelle : les soupçons se renforcent.
Ce pourrait être un film de famille. Car comment nommer la relation entre ces deux êtres ? À quelle famille Orlando est-il rattaché ? À son ancienne épouse divorcée ? Son frère ?
Ce pourrait être un film social. Qui et quels droits protègent Marina ? L’intelligence de Sébastien Lelio, auteur que nous avions découvert avec son film précédent Gloria, est d’échapper à tout récit trop romancé ou trop documentaire. Comme son héroïne interprétée par Daniela Varga, actrice transsexuelle, son film trace sa voie entre le réalisme des situations et la poésie de la réalisation qui rend magique et humaine la dureté du monde.

En savoir plus

Bande annonce et téléchargements >>
Lire la critique de Positif >>
Lire la critique de Télérama
>>

Lire la critique du Monde >>

 

.Enseignants.

Disciplines : espagnol, cinéma.
N
iveau : première, terminale.
Notions, thèmes :
rôles sociaux de genre, relations familiales, lieux et formes de pouvoir, sentiment d'appartenance.
Ressources pédagogiques :
Télécharger le dossier de presse >>
Pour organiser une séance : Aller à la rubrique
« Enseignants » >>



À L’OUEST DU JOURDAIN >> Du 14 au 22 décembre


À L’OUEST DU JOURDAIN

d’Amos Gitaï

Israël, France, 2017, 1h24, vostf

Quinzaine des réalisateurs, Cannes 2017

En partenariat avec Amnesty International

 



Amos Gitaï retourne dans les territoires occupés pour la première fois depuis son film documentaire Journal de campagne (1982). Gitaï circule en Cisjordanie, où il est témoin des efforts citoyens israéliens et palestiniens pour tenter de dépasser les conséquences d’une occupation qui dure depuis cinquante ans. Face à une situation politiquement bloquée, des initiatives citoyennes émergent.
.

Le mot de Ciné'fil

Le documentaire prend la forme d’un reportage réalisé sur le vif. Le cinéaste se met volontiers en scène lors des interviews de civils, militaires, personnalités ou anonymes. Ce film apparaît alors comme un constat sur ce qui se passe sur le terrain et sur l’évolution des esprits. Face à une situation politiquement bloquée, des initiatives citoyennes émergent. Un film à découvrir pour bien comprendre la pensée d’Israéliens et de Palestiniens courageux dont les actions traduisent une mutation de la résistance pacifique face au conflit israélo-palestinien. Pour Amos Gitaï : « ce film va au-delà de la situation israélo-palestinienne. C’est une proposition »



Le mot d'Amnesty International

Les perspectives esquissées par Amos Gitaï, qui garde son point de vue personnel, rejoignent l'approche d’Amnesty International : montrer les violations et les souffrances, telles qu'elles peuvent être constatées sur le terrain, en expliquer les causes pour mieux les condamner. Pointer du doigt les responsabilités où qu'elles puissent se trouver et garder l’espoir dans l’action des militants de la société civile et la défense des droits humains.
Depuis 50 ans, Amnesty International enquête sans relâche sur les violations des droits humains en Israël, dans les Territoires palestiniens occupés et en Palestine. Elle a alerté les médias et l’opinion du monde entier sur le non-respect du droit international et du droit international humanitaire, quelles que soient les parties mises en cause, en publiant de nombreux rapports et documents. Elle a agi en direction des autorités israéliennes, palestiniennes, françaises, en direction de l’ONU mais aussi de l’Union Européenne, toujours portée par la conviction qu’il est essentiel que les droits humains soient pleinement respectés pour parvenir à un accord de paix durable.

 

En savoir plus

Lire la critique de Critikat.com >>
Écouter un entretien avec le réalisateur dans « Par les temps qui courent » sur France Culture >>


Séances
: jeu 14/12 à 20h30, sam 16/12 à 16h, dim 17/12 à 20h30, lun 18/12 à 18h, jeu 21/12 à 18h, ven 22/12 à 18h au cinéma Les Lobis.


CARRÉ 35 >> Du 21 au 29 décembre


CARRÉ 35

d’Éric Caravaca

France, 2017, 1h07
Sélection officielle, Cannes 2017


Ciné Discussion jeudi 21 décembre à 20h30 dans le cadre de CinéPsy.

Plus d'info prochainement...

 



"Carré 35 est un lieu qui n’a jamais été nommé dans ma famille ; c’est là qu’est enterrée ma sœur aînée, morte à l’âge de trois ans. Cette sœur dont on ne m’a rien dit ou presque, et dont mes parents n’avaient curieusement gardé aucune photographie. C’est pour combler cette absence d’image que j’ai entrepris ce film. Croyant simplement dérouler le fil d’une vie oubliée, j’ai ouvert une porte dérobée sur un vécu que j’ignorais, sur cette mémoire inconsciente qui est en chacun de nous et qui fait ce que nous sommes." Éric Caravaca

Une enquête existentielle menée par l’acteur-réalisateur sur les traces d’un secret de famille vieux de plus de cinquante ans. D’une sensibilité bouleversante, ce documentaire fait dialoguer l’histoire familiale et la grande histoire de la décolonisation du Maroc.le et la grande histoire de la décolonisation du Maroc..


Carré 35 vu par Positif (spécial festival de Cannes)

Chaque festival recèle en son sein une découverte inattendue, une œuvre dont l’observation préalable des différentes sélections n’avait pas réussi à retenir l’attention, et dont rien ne pouvait présager l’incroyable puissance émotionnelle qu’elle couvait en secret. Cette année, discrètement niché en séance spéciale, c’est le documentaire d’Éric Caravaca, film le plus court de la sélection officielle, qui a saisi de plein fouet les quelques festivaliers ayant décidé de délaisser un instant les compétitions plus médiatiques. Ce beau titre de Carré 35 cache ainsi une enquête existentielle menée par l’acteur réalisateur sur les traces d’un secret de famille vieux de plus de cinquante ans, concernant sa soeur aînée morte prématurément à l’aube de sa troisième année, quand ses parents vivaient dans un Maroc français agonisant sans le savoir encore. De cette disparition, la mère de Caravaca va construire un trou noir mémoriel, effaçant toute trace de ce premier enfant mais créant de la sorte un fantôme enveloppant la famille meurtrie dans les voiles d’un tabou mystérieux. Par la grâce d’une infinie délicatesse dans le montage et l’écriture, Caravaca se révèle un documentariste d’une sensibilité bouleversante, à l’intelligence affutée par la douleur d’un deuil vécu a posteriori. Jamais artificiel, le dialogue qu’il instaure entre les parcours de sa famille et la grande histoire de la décolonisation aura hanté la suite du festival pour tous les spectateurs ayant été mis dans cette terrible confidence.


En savoir plus
Consulter le site officiel (dossier de presse, bande annonce, etc.) >>
Écouter le réalisateur dans Par les temps qui courent sur France Culture >>


Séances
: jeu 21/12 à 20h30*, sam 23/12 à 16h, dim 24/12 à 20h30, lun 25/12 à 18h, jeu 28/12 à 18h, ven 29/12 à 18h au cinéma Les Lobis.